A mon cœur immature…

Je me suis réveillée ce matin et ma première pensée a été… c’est mon anniversaire. 28 ans sur cette planète ! Est-ce que je me sens différente ? Est-ce que je suis fière de moi ? Comment est-ce que je me sens ?

C’est drôle, parfois on attend une date spécifique comme si le jour précis apporterait une révélation ou une sensation différente… lol
Oui, aujourd’hui j’ai 28 ans et non… Je ne me sens pas particulièrement différente.

Aujourd’hui j’ai réfléchi à beaucoup de choses : ma vie, mes proches, ma place dans le monde, ma relation avec Dieu…
J’ai eu le coeur rempli de reconnaissance pour les personnes qui m’entourent, celles qui ne font plus parti mon entourage et j’ai repensé à une conversation téléphonique avec ma mère.
Elle me disait il y a à peine 2 jours « et comment ça va par rapport à la mort de tonton ? », ce à quoi je lui ai répondu que je ne pense pas qu’un deuil ait réellement une fin, mais que je suis en paix et que ça va.
Quel étonnement de constater que ma première pensée en ce jour n’a pas été « une bougie de plus sans toi… ». Je me suis souvenue de mon état d’esprit si déprimé lors de mes 26 ans et je me suis waw, quelle avancée !

J’ai 28 ans, je grandis, je vieillis et je découvre chaque jour des capacités que je ne me connaissais pas tout comme des défauts que je ne pensais pas avoir.
Je parle rarement de ma relation avec Dieu sur les réseaux sociaux. C’est un sujet tellement particulier. Tant de personnes peuvent mal interpréter certains dire ou ressentis… Vivre en étant constamment sur les réseaux sociaux c’est un sport ! Mais bon, ce n’est pas le sujet de cet article…

En cette journée banale et en même temps toute spéciale pour moi, j’ai pensé à mes proches, tout l’amour que j’ai reçu et que je reçois d’eux, toutes les expériences que nous avons vécu ensemble qui nous ont mené où nous en sommes dans notre relation et j’ai voulu poser des mots précis sur ce que je ressentais.
Immortaliser avec mes écrits ma reconnaissance.

Je suis reconnaissante d’avoir une relation toute spéciale avec chacun d’entre eux. Chacun faisant écho à une partie de ma personnalité, des mes centres d’intérêts, mais tous empreints d’une profonde bienveillance à mon égard.

Je parle de bienveillance car, comme je l’ai écrit plus haut, plus j’avance et plus je me découvre réellement. Plus ma relation avec Dieu évolue et mieux je me vois, mieux je me comprends et mieux je me connais.
Dans les remerciements de mon livre « Self Love » j’écrivais :

« Je crois que le processus d’amour de soi est une aventure qui lorsqu’on est croyant inclus au premier plan Dieu. Je crois que le cheminement que l’on fait au fur et à mesure permet de découvrir ce qu’Il a placé en nous comme talents, dons. Mais aussi de le connaître mieux Lui, Son Amour, Sa bienveillance, et mieux encore notre positionnement par rapport à Lui. C’est un processus qui à certains moments permet d’apprendre à le connaître plus, et de ce fait permet d’apprendre à se connaître plus. Tout comme à d’autres moments, ce processus nous permet d’apprendre à nous connaître plus, et par la suite d’apprendre à Le connaître plus.
Je pense que quelles que soient vos croyances, le processus d’amour de soi vous rapprochera et vous offrira une toute nouvelle intimité avec votre Dieu »

C’est donc dans cet état d’esprit que j’avance depuis quelques années et que je découvre des choses qui ne vont pas, dont je dois me débarrasser dans mon attitude, mon comportement, mais toujours empreint de bienveillance et d’amour envers moi-même.
Pendant un instant, j’ai été triste en pensant aux personnes qui pointent du doigt mes défauts avec véhémence alors que je les aborde moi-même avec beaucoup de bienveillance et de paix. J’ai relativisé quand je me suis souvenue que dans mon processus d’évolution non seulement je croiserai toujours des personnes comme ça sur ma route, mais aussi que parfois les personnes s’adressent à nous, à moi en l’occurrence, en fonction de la façon dont elles s’adressent à elles-mêmes…

L’une de mes plus grandes découvertes sur mon évolution a été de constater mon manque d’amour qui bien heureusement est un élément changeant chez moi.
Je pense que quand on a beaucoup été blessé dans sa vie, ou qu’on a perçu, ressenti des choses négatives qui nous ont blessé, on ferme son coeur. On pense alors aimer certaines personnes et ne pas en aimer d’autres… Et parfois, le résultat de ces blessures est qu’on pense aimer mais qu’on ne sait pas ce que c’est, parce qu’on ne s’est pas assez souvent exercé à laisser son coeur ouvert, pour soi, pour les autres, ou même pour laisser rentrer Dieu qui Lui, veut juste nous apporter paix et sérénité pour savoir ce qu’est réellement aimer.

J’ai réalisé que pendant toutes ces années où je changeais, j’évoluais, je grandissais, certaines personnes sont toujours restées dans mon entourage, choisissant de voir le bon en moi. Parfois même, voyant du bon que moi-même je ne pensais pas avoir. Des personnes encourageantes qui voyant mes défauts ne m’ont pas fermé leur coeur. Bien au contraire, m’y ont fait une place toute spéciale alors que je ne savais pas ouvrir mon coeur, ou que je l’ouvrais de façon épisodique…
Des personnes qui fières de mon évolution n’ont jamais douté de la personne que je suis aujourd’hui et l’ont vu dès le départ. Des personnes qui me laissent l’espace dont j’ai besoin pour grandir, me réaliser, mais restent assez proches pour me faire savoir que je suis aimée telle que je suis.

Alors, me voici aujourd’hui, à mes 28 ans avec un coeur ouvert et immature.
Immature car n’ayant pas été assez confronté à la vie, érigé derrière les barrières qu’il s’était construit, pour en retirer la sagesse nécessaire pour être. Simplement, sereinement et pleinement être, tel qu’il est.

On pourrait penser qu’une découverte pareille est négative et pourtant pas du tout. C’est avec beaucoup de joie et de bienveillance que je remercie Dieu de m’ouvrir les yeux tous les jours un peu plus sur ce que je fais, ce que je dis, comment j’agis et qui je suis.

Aujourd’hui j’ai 28 ans, je regarde avec amour mon coeur immature et je fais le choix d’avancer en paix avec lui. Je fais le choix d’aimer comme je ne l’avais pas fait avant. Je fais le choix d’apprendre de nouvelles façons d’aimer que je ne soupçonnais pas.

28 ans et plus rayonnante que jamais.

No Comments

Leave a Reply