Comment savoir si on a trouvé la bonne personne ?

La « bonne personne ». C’est vraiment un dénominatif qui fait rêver !

Je ne pense pas détenir toutes les réponses, Mais je peux vous donner mon avis sur la question en tant que célibataire anciennement fiancée. Ceux qui me suivent depuis le début sur ma chaîne m’ont connu quand je l’étais encore. Je pense que mon avis pourra d’autant plus vous éclairer vu que j’étais fiancée à quelqu’un de formidable… qui n’est simplement pas la bonne personne pour moi.

Il n’y aura donc dans cet article aucune rancœur, amertume quant à cette expérience qui m’aura énormément appris.

J’en suis sortie grandie, en ayant une vision plus claire de ce que je veux, de ce que je ne veux pas. Mais aussi des domaines où je peux faire des concessions, de ceux où en faire reviendraient à renier qui je suis…

En définitive, cette expérience m’aura appris à déterminer avec plus de précision où j’en suis dans ma vie, qui je suis, comment j’aimerais évoluer et à célébrer mon unicité (toujours cette histoire de regard bienveillant envers soi-même) plutôt qu’à me renier et essayer d’être quelqu’un que je ne suis pas.

La bonne personne ! Qui est-elle ? Comment sait-on qu’on l’a trouvé ?

Je n’ai clairement pas inventé le fil à couper le beurre. Je pense que vous connaissez déjà les réponses que je vous fournirai. Simplement, ça fait du bien de temps en temps de se rappeler certaines choses.


C’est quoi « la bonne personne » ?

On a tous entendu parler de cette expression. Que ça soit nos proches qui nous incitent à la trouver ou qui nous parlent du fait qu’ils pensent l’avoir trouvé ou qu’ils l’ont trouvé.

Si on se base sur les personnes parlant du fait d’avoir trouvé la bonne personne, un point revient systématiquement : la notion de temporalité.

Ce n’est pas glamour, ce n’est pas passionnel tel un cœur coulant au chocolat mais il n’y a que le temps qui vient confirmer que la personne qui partage votre vie est belle et bien la « bonne personne ». Malheureusement, aucun de nous ne peut aller plus vite que la musique. C’est toujours de façon rétrospective que l’on peut confirmer ou infirmer ce que l’on pensait.


Comment considérez-vous la notion de « bonne personne » ?

Pensez-vous qu’il en existe plusieurs ? Une pour les différentes saisons de votre vie ? Ou une seule censée passer toutes les saisons de votre vie avec vous ? Attention, je ne pense pas qu’il y ait une réponse meilleure qu’une autre. Simplement deux façons d’appréhender la même question. Le fait de mettre le doigt sur la façon dont VOUS voyez les choses, vous éclairera déjà. Et être avec quelqu’un partageant la même définition que vous peut-être un plus.


La « bonne personne »… mais pour qui ?

Toute personne a de la valeur ! Je pense qu’il est important dans toute relation de considérer l’autre comme étant quelqu’un rempli de valeur et de qualités. Je crois fermement à l’adage qui nous dit de traiter les autres comme on aimerait qu’on nous traite. Ce n’est pas parce que quelqu’un n’est pas fait pour nous que c’est quelqu’un de mauvais. Et quand bien même ce serait quelqu’un de mauvais, ça ne nous regarde pas.

Chaque personne est responsable de sa propre lumière. Je choisis de briller, et d’inciter les autres à faire de même. Si la personne en face de moi ne souhaite pas révéler son potentiel, toutes les choses merveilleuses qu’elle pourrait faire c’est triste. Mais ce n’est plus de mon ressort !

Il est important d’accepter l’idée qu’il y a des personnes comme on dit avec qui ça passe et d’autres avec qui ça ne passe pas.

La « bonne personne » pour soi inclus le fait d’avoir un minimum conscience de soi, de savoir qui on est, comment on fonctionne.


Quelles sont les caractéristiques de la « bonne personne » ?

La bonne personne est quelqu’un qui t’aime, qui place de la valeur sur toi, qui te respecte en tant qu’individu, qui t’aide à avancer, à te réaliser. Mais c’est aussi quelqu’un qui regarde dans la même direction que toi et qui comprend le sens des responsabilités. Car un couple est une responsabilité. Dans un couple chaque personne est la gardienne du cœur de son ou sa partenaire. Qu’est-ce que ça veut dire ? Que la communication est un élément indispensable et primordial.

Nous sommes destinés à évoluer. C’est une des caractéristiques essentielle de notre espèce : nous évoluons en permanence. La direction dans laquelle vous regardiez quand vous aviez 18 ou 20 ans n’est peut-être pas la même que celle dans laquelle vous regardez à 30 ans, 40 ans, etc. On vit des choses, on fait des choses qui parfois nous éloignent du chemin qu’on voulait emprunter, ou qui nous placent sur un chemin totalement différent. 

Ça peut-être un échec à un examen qui mène à une carrière différente, des enfants, ou la stérilité, des changements financiers, des déménagements, des décès…

La « bonne personne » est quelqu’un qui traverse ces changements avec vous. C’est quelqu’un qui a l’humilité de vous accompagner dans ce processus. Je parle d’humilité car il faut en avoir pour accepter l’idée que connaître l’autre c’est chercher à le comprendre (ce qui revient à découvrir des facettes de sa personnalité) en permanence.

La « bonne personne » s’adapte.

La « bonne personne » ne doit l’être que pour vous.

Pas pour vos amis, vos proches… Je vous invite à lire le livre sur les langages de l’amour de Gary Chapman. Dans ce livre il explique que chaque personne a son propre langage de l’amour. Les cinq langages de l’amour sont : le toucher, les moments de qualités, les cadeaux, les services rendus, les paroles valorisantes. Souvent, les amis, la famille aiment donner leur avis sur la façon dont quelqu’un qui nous aime doit se comporter avec nous. Mais il n’y a que vous pour savoir comment vous vous sentez aimé. Personnellement, je me sentirai beaucoup plus aimé en ayant des dialogues de qualité avec quelqu’un qui ne me fait pas de cadeau qu’avec quelqu’un qui me fait des cadeaux mais parle très peu avec moi. C’est simplement mon mode de fonctionnement. Il n’y a pas de langage de l’amour plus légitime qu’un autre.


Et vous ? Est-ce que vous êtes la « bonne personne » ?

Parfois on peut-être tellement focalisé sur l’autre, sur le couple qu’on s’oublie soi-même. On oublie qu’on est dans l’équation. Se demander si l’autre est la bonne personne revient à disséquer chaque trait de caractère, sa personnalité, ses qualités, ses défauts, effectuer des comparaisons entre elle et vous.

Mais vous êtes-vous vous-mêmes étudié avec tant de minutie ? Vous vous demandez si votre partenaire est la « bonne personne » pour vous, mais êtes-vous la « bonne personne » pour elle ? Se poser cette question permet de remettre les choses en perspectives, et surtout d’avoir les pieds bien ancré dans le sol. Quand une relation est fragile, va mal ou alors prospère, grandit, les deux personnes sont concernées. Poser le regard sur vous peut vous permettre de réaliser que vous faites peut-être mal, ou pas assez, ou alors que vous faites trop, ou que vous contribuez positivement à l’avancée du couple. C’est aussi important de savoir se relever de ses échecs que de savoir célébrer ses victoires. Et croyez-moi, il y en a toujours à célébrer !


En définitive qu’est-ce qu’on peut dire de la « bonne personne » ?

Selon moi c’est vraiment une notion conceptuelle. Vous pouvez bien entendu vous poser toutes les questions abordées dans cet article, mais surtout vivez… Je vous incite à vivre pleinement, à aimer pleinement. En vivant pleinement, on prend conscience de soi, on s’accepte pour qui on est et on attire les personnes adéquates. Il est très important de se poser des questions, et surtout de se poser les bonnes questions. Mais il y a des questions dont la réponse n’existe pas encore car le temps ne vous a pas encore éprouvé vous, votre partenaire, ou alors votre couple. Soyez indulgents envers vous-mêmes, envers votre couple. Chaque réponse arrivera quand vous serez prêts à l’entendre.

3 Comments

  • Photo du profil de Shinsetsu
    Shinsetsu 25 octobre 2017 at 23 h 20 min

    Excellent

  • Photo du profil de Shinsetsu
    Shinsetsu 25 octobre 2017 at 23 h 20 min

    C’est bien résumé

  • Leave a Reply