Deuil

Après le deuil : Ma marche dans la lumière

Après le deuil…

Il y a de ça 1 an je partageais avec vous mon nouveau départ, mon nouvel état d’esprit.

Vidéo nouveau chapitre 

Aujourd’hui pour célébrer en quelque sorte cette date, j’ai souhaité vous partager ce texte que j’ai écrit qui à mon sens relate assez bien l’évolution de mon état d’esprit : de la confusion du deuil à l’après. Comme je l’appelle : ma marche dans la lumière.

Merci de continuer à me suivre au travers de mon évolution, de la découverte et l’affirmation de mon identité.

Merci de m’avoir laissé l’espace dont j’avais besoin et de respecter qui je suis, quelque soit la facette de ma personnalité que je vous fais découvrir.

J’espère que ce texte vous parlera ou alors vous aidera !

Je vous embrasse de tout mon coeur,

Votre Soline


Ma marche dans la lumière

Sans crier gare, en plein orage, je suis tombée…
Tombée dans cette eau glacée où je me retrouve à me débattre pour ne pas me noyer,
Comme si des vagues m’empêchaient de rester à la surface.
Je me débats…
Peu à peu, je sens la morsure du froid en moi
Anesthésiée, je sombre…

Comment est-ce arrivé ?

Submergée par cette souffrance j’étouffe,
Paralysée je n’arrive pas à lui faire face, à la chasser…
Quand soudain je m’interroge
« Et si elle avait quelque chose à m’apprendre ? »

J’ai automatiquement pensé à toi.
Seule ta perte peut me remuer autant !
Pour autant, « tu me manques » ne semble pas être l’expression adéquate.
En réalité, je ne sais pas si tu me manques réellement
Quand je m’imagine te parler, je ressens ce profond sentiment de paix me disant « toute chose importante a été dite »
Alors pourquoi ? Pourquoi je souffre autant ?
J’aimerais te serrer dans mes bras encore une fois, et puis aussi t’entendre rire
J’aimerais m’endormir dans tes bras comme tous ces dimanches après-midi, en écoutant ton coeur battre, avec l’odeur de ton parfum ramenée à moi par une douce brise
Mais je pense à ces moments avec joie et reconnaissance… comme une paisible nostalgie

Dans quelle facette de notre relation cette souffrance se cache-t’elle ?

En définitive, il s’agissait de la relation en elle-même…
Le manque de ne plus l’avoir
La peur de n’en trouver aucune comparable, similaire ou aussi intense à l’avenir
A ce moment la je me sentais seule, incomprise et vulnérable
C’est nous qui me manquait
C’est mon moi quand j’étais avec toi qui me manquait

La souffrance avait brouillé mes pensées
Mais en la laissant s’exprimer, en autorisant mes pensées à vagabonder librement, le brouillard s’en est allé
Me laissant devant de fausses impressions et des vérités

Je me suis concentrée sur ces impressions, ai réalisé leur fausseté et les ai remplacé par la réalité : je ne suis pas seule, je ne suis pas incomprise. Je suis entourée, aimée, acceptée et comprise. Quand à ma vulnérabilité… j’ai appris à l’accepter.
Il n’y a aucun mal à être vulnérable et assumer pleinement la tristesse qui nous remplis…

J’ai ensuite arrêté de me culpabiliser.
C’est normal de ressentir un manque quand il y a une perte.
Être cette version solaire de moi-même se sentant aimée et protégée me paraissait impossible sans toi
Pourtant en écoutant mes peurs et mes incertitudes, j’ai pu les apaiser.

Se posait alors cette question
« Pourquoi vouloir retrouver quelque chose à l’identique ? »
Quand on vit quelque chose d’exceptionnel avec une personne, on voudrait assurer sa pérennité
Et dans le cas où cette personne n’est plus là, on aimerait inconsciemment peut-être vivre cette expérience avec quelqu’un d’autre…
Pour autant, nous sommes tous différents
De ce fait, aucune relation ne peut-être identique…
Et… il n’y a rien de négatif à ça
Chaque relation à sa propre beauté, ses propres leçons à nous apprendre
Et son intensité vient assurément de notre implication, de notre volonté d’apprendre de l’autre, du « nous », de ce que l’autre révèle de soi…

Honorer mon amour pour toi a été d’être reconnaissante des moments vécus
Mais aussi de réaliser que l’amour ne s’arrête pas
Il évolue, se transforme, s’exprime de différentes façons… Mais il ne disparaît pas
Il est universel et pourtant unique pour chaque personne.
Comme ce serait dommage de projeter sur une nouvelle personne un amour, en ayant les attentes de ce qui fut…
L’amour n’emprisonne pas.

Cette reconnaissance, je l’ai maintenant pour les joies d’hier et les leçons tirées aujourd’hui
Et demain alors ?
Demain ne m’appartient pas…
Il ne serait pas judicieux d’essayer de prédire de quoi il sera fait.
En revanche, je peux dès aujourd’hui, me préparer à être reconnaissante pour demain !

Cette souffrance ne m’a pas transformé
Mais elle assurément changé mon regard, sur moi, les autres, la vie en général…

Je l’ai remarqué en réfléchissant à tout ça,  
J’ai réalisé que sans y prêter attention, je marchais
Je ne suis plus engourdie, en train de me noyer…
Désormais, je marche sereinement en plein soleil
Alors, cet orage a-t’il vraiment existé ?

Je suppose que oui
Enfin, j’en suis même certaine.
Pour autant, quand je regarde ce soleil,
Je sais dorénavant qu’aucune tempête ne peut arrêter ma marche,
Ma marche dans la lumière

No Comments

Leave a Reply