Amis : comment éviter les déceptions ?

Les amis : un sujet si vaste à aborder !

Vous savez, un ami n’est pas spécialement la tous les jours. Il y a des personnes avec qui vous délirez quotidiennement (ou souvent) que vous n’appelleriez pas en cas de problème ou pour vous confier.Ça peut arriver que la personne avec qui vous délirez soit aussi qqun avec qui vous partagez vos pensées, vos ressentis, votre histoire/vécu/passé. Mais ce n’est pas systématique.


Je fais partie de ces personnes pour qui l’amitié est un tout, a une importance capitale, est une responsabilité, un trésor, un joyau… 


Du coup, je compartimente. Je m’explique : je fais une différence entre mes connaissances, mes potes, et mes amis. 

Les amis sont pour moi la famille que l’on se choisit. En famille on essaie de prendre soin des autres, on se supporte, on fait avec les défauts des uns ou des autres (en définitive qu’on le veuille ou non, le même sang coulera toujours dans nos veines), on essaie de maintenir une unité, de se voir, de partager des choses même si les centres d’intérêts ne convergent pas forcément. 

Bien entendu le concept de famille est différent selon nos origines. Parfois il s’agit des parents/ enfants. Pour d’autres ça s’étant aux grands parents, oncles, tantes et finalement les cousins également et leurs enfants et etc… et etc… Entendez surtout lors des réunions dites familiales. Mais peu importe le schéma dans lequel on se trouve, on a quand même la conscience de l’importance de la famille, de tout ce qu’on traverse avec elle.

Les amis, ce sont des personnes avec qui nous ne sommes « obligés » de rien. Ce sont des personnes qui apparaissent dans nos vies à un instant t avec qui on partage… intensément ! Des joies, des peines, des hontes, des rancœurs, le beau, le laid. Et c’est magnifique.


Surtout quand ça va dans les deux sens…


C’est là que le bas blesse. Car on aura plus tendance à se protéger et faire attention en amour amoureux qu’en amitié. (Je précise amour amoureux car la base de l’amitié reste l’amour !)

À quel moment cette sorte de trahison arrive t-elle ? 

À quel moment cette relation remplie de tant de tout devient-elle unilatérale ?

On se questionne, on réfléchit, on repasse les événements, les conversations, les sourires. Étaient-ils les mêmes ? 

Est-ce que j’ai manqué des signes ou est ce que cette relation n’était réelle que dans ma tête ?

On est blessés, on souffre. Et c’est normal. Quand on aime on se dévoile, on se montre vulnérable, et la non réciprocité (intentionnelle ou non) blesse la personne s’étant défaite de son armure. 

Est-ce que ça veut dire qu’on ne doit jamais enlever cette armure ? Pas du tout. 

La réalité est que peu importe le temps que vous prendrez pour vous dévoiler, se dévoiler en soi reste un risque. 

Mais que serait la vie si on ne prenait pas de risque ? Le risque d’aimer, le risque de partir à l’aventure, le risque de vivre pleinement.

Je pense qu’on apprend à se connaître et à se réaliser au gré des risques que l’on prend. En définitive il n’est même pas question des autres, surtout de nous.


Mais revenons-en à l’amitié ! 


Je pense qu’il existe différentes façon de concevoir les amitiés

(Je suis assez d’accord avec l’approche d’Aristote donc je la remets à ma sauce.)

L’amitié motivée par le désir d’aimer l’autre pour qui il est

Il y a des personnes comme moi pour qui comme je l’ai dit, l’amitié est d’une importance capitale. On aime échanger, parler de l’autre, de nous, du Monde. Cet échange intellectuel, interpersonnel avec l’autre est nécessaire à ce qu’il y ait une amitié. Ce sont des relations intenses (de par leur profondeur) et pour cette catégorie de personnes, l’amitié ne se vit que de cette façon (les autres personnes sont alors considérées comme des potes, connaissances, collègues, etc.. mais pas des amis). Ces personnes ont en général très peu d’amis et de longue date. 

 

L’amitié motivée par le plaisir, les centres d’intérêts

D’autres personnes, cumulent quand à elles le type d’amitié exprimé plus haut aux amitiés dites de passage. Il y aura les amis d’enfance ou de longues dates, et les personnes qu’elles fréquentent souvent dans leur quotidien qu’elles considèrent également comme des amis. Elles partageront beaucoup de choses ensemble notamment leurs points en commun (sports, cinéma, mode, cuisine, architecture, décoration, jardinage…). Ces personnes auront plus d’amis que les précédents.

 

L’amitié motivée par l’utilité

Enfin dans la dernière catégorie ce sont les personnes pour qui l’amitié est plus synonyme de réseautage. Plus on connaît de personnes et mieux c’est. En général ces personnes connaissent beaucoup de monde à un niveau relativement superficiel. L’expression « superficiel » n’est pas péjoratif. Simplement ces relations s’articulent autour d’échanges de bon procédés, de ce que l’un ou l’autre peut apporter. 


Il peut arriver que vous vous rendiez compte que vous vous êtes trompé de catégorie. Vous pensiez être dans la première et réalisez que vous êtes dans la 3e. C’est la vie, pas la peine de s’en vouloir.


Essayez de distinguer le type de relation dans lequel vous êtes. Est-ce qu’on vous apprécie pour qui vous êtes ? Pour ce que vous partagez ? Ou pour ce que vous donnez ? 

  • Une personne qui nous apprécie pour nous s’intéressera à notre personne, notre évolution, nos fluctuations..
  • Un ou une pote peut apprécier faire du jogging avec nous, aller au cinéma… sans pour autant s’intéresser réellement à la personne derrière ce partage de centres d’intérêts.
  • Une connaissance peut apprécier qu’on l’aide à faire ses devoirs, comprendre quelque chose, que l’on soit une oreille attentive sans pour autant nous rendre la pareille et s’intéresser réellement à nous. 

Gardez en tête que toutes les relations peuvent évoluer car nous évoluons nous même

Une relation basée sur le partage de centre d’intérêt peut évoluer en relation basée sur l’échange de bons procédés tout comme elle peut évoluer sur une relation basée sur la personne en elle même, la découverte de ses qualités, défauts, de ses valeurs…

Une relation basée sur l’échange de bons procédés peut évoluer en relation basée sur les centres d’intérêts puis sur la personne réellement.

Quelle est ta base ?

Les relations sont des procédés complexes. Une relation basée sur la personne comprendra tout aussi bien le partage de centres d’intérêts que l’échange mutuel. Simplement, la base sera différente et la relation le sera donc également

Ne voyez pas les changements comme étant négatifs. On en apprend toujours sur soi, sur les autres. On avance, on évolue, on grandit. 

Si une amitié (de votre point de vue) est née grâce à la convergence de deux chemins, elle peut également s’éteindre lorsque ces chemins deviennent parallèles. Vous avancez, vous évoluez, l’autre personne également. Simplement vous ne le faites plus ensemble.

Ça peut être dommage. Mais le plus dommage est de rester se morfondre sur une relation qui n’est plus. Souvenez vous des bons moments passés, des leçons apprises et souriez à l’avenir. 

Vous aurez toujours quelqu’un qui sera la pour vous. Simplement ouvrez les yeux et ne permettez pas aux déceptions passées de vous empêcher de vivre de belles relations

Vos véritables amis seront toujours là pour vous. Que vous leur parliez tous les jours, une fois par semaine, une fois par mois…

Tant que vos échanges sont empreints de la même richesse, de ce même désir d’en savoir sur l’autre, de mettre de la valeur sur sa personne, l’amitié sera toujours intacte. 

Valorisez ce type d’amitié !

No Comments

Leave a Reply